Haut-Karabakh.. Efforts azerbaïdjanais pour la reconstruction et la transformation de la région en un centre de paix et de coexistence

Haut-Karabakh.. Efforts azerbaïdjanais pour la reconstruction et la transformation de la région en un centre de paix et de coexistence

https://www.una-oic.org/page/public/news_details.aspx?id=353386

Djeddah (UNA) – Après la libération de ses terres de l’occupation arménienne, l’Azerbaïdjan a entamé un processus de reconstruction massif dans la région du Haut-Karabakh, dans le cadre d’un plan visant à développer ses zones, à assurer le retour sûr et digne des réfugiés et des déplacés internes personnes, fournir des projets sociaux et économiques pour tous les résidents, y compris les Arméniens, et relancer les centres culturels et historiques de la région.
Dans des déclarations faites lors de la visite de l’Union des agences de presse de l’Organisation de la coopération islamique (UNA) dans les zones libérées, Hikmat Hajiyev, assistant du président azerbaïdjanais, directeur du département de la politique étrangère à la Cour présidentielle, a déclaré que le gouvernement a répondu aux destructions causées par l’occupation arménienne par un message de reconstruction et de développement.
Il a révélé que le gouvernement a établi un aéroport et des routes dans la région, et s’emploie à mettre en place des infrastructures afin d’assurer un retour digne des personnes déplacées et des réfugiés.
Il a souligné que le gouvernement azerbaïdjanais s’emploie à transformer le Haut-Karabakh en une oasis de paix et de coexistence pour tous, y compris les Arméniens, qui peuvent vivre en paix tout en respectant leur héritage et leurs traditions chrétiennes, soulignant que l’Azerbaïdjan, en tant que pays musulman, respecte toutes les religions monothéistes. et cherchera à mettre en œuvre ce principe au Haut-Karabakh.
Réintegration
Hikmat Hajiyev a souligné que la stratégie actuelle de l’Azerbaïdjan envers les zones libérées est plus économique et sociale que militaire, notant que le gouvernement s’efforce d’intégrer ces zones à l’Azerbaïdjan par le biais de programmes économiques et sociaux, y compris pour la population arménienne vivant dans ces zones.
A cet égard, il a révélé le lancement de projets de développement à Agdam et Shusha, appelant les Arméniens à contribuer au processus de reconstruction et de développement tout en respectant les lois de l’Azerbaïdjan, et à être des citoyens azerbaïdjanais, soulignant que le gouvernement azerbaïdjanais travaillera dans ce sens. cas pour leur assurer la sécurité, la protection et le développement socio-économique Dans le cadre de sa vision qu’elle cherche à réaliser pour la reconstruction de la région.
Le 9 de ce mois, le gouvernement a annoncé, parmi ses priorités, le développement du potentiel touristique du Haut-Karabakh et la construction des infrastructures touristiques nécessaires, prévoyant qu’environ un million de touristes visiteront la région jusqu’en 2025.
Le gouvernement a également lancé un projet de construction de 30 petites centrales hydroélectriques dans les terres libérées, en mettant l’accent sur les sources d’énergie vertes et propres.
Modèle de développement moderne
L’assistant du président azerbaïdjanais Hikmat Hajiyev a révélé que le gouvernement s’emploie à “établir le concept de village intelligent” dans les opérations de reconstruction dans les zones libérées, avec tout ce que cela implique en termes d’innovations technologiques, économiques et sociales, soulignant que étant donné que les opérations zéro partent de zéro, il est facile pour le gouvernement d’appliquer les derniers modèles de développement et d’établir des projets selon ces modèles.
Depuis la libération des terres il y a plus d’un an, le gouvernement a tenu à restaurer le caractère culturel et historique de certaines des zones libérées, y compris la ville de Shusha, que Hajiyev décrit comme « en quelque sorte liée à l’ADN de l’Azerbaïdjan ». Peuple », faisant référence à son importance historique et culturelle pour l’Azerbaïdjan.
La ville de Shusha a été construite en 1752 sur ordre de l’émir du Karabakh de l’époque. Elle a été construite par Ali Khan. On s’attend à ce que l’Azerbaïdjan célèbre cette année le 270e anniversaire de la création de cette ville, qui a joué un rôle majeur. Dans la vie culturelle historique et scientifique de l’Azerbaïdjan en particulier, et du Caucase du Sud en général.
Relance des centres culturels
En janvier dernier, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a publié un décret déclarant 2022 “l’année de Choucha” en République d’Azerbaïdjan.
De grands projets sont actuellement mis en œuvre dans la ville, notamment la restauration de la statue et du complexe funéraire du poète Mulla Waqif construits, l’ouverture du musée et de la maison du chanteur Bulbul et du compositeur Uzair Hajibaili, ainsi que la restauration de monuments historiques. , monuments religieux et architecturaux et monuments de la ville.
Les activités du festival de musique “Khari Bulbul” ont également repris à l’hippodrome de Shusha, et des journées de poésie ont été organisées devant le cimetière du poète que Mulla a construit, ce qui montre le retour progressif de la ville à sa vie culturelle.
En plus de ses contributions culturelles, Shusha joue également le rôle de centre diplomatique, puisqu’elle a accueilli en mars dernier une réunion pour célébrer le 30e anniversaire de l’établissement des relations entre l’Azerbaïdjan et les Nations Unies.
L’assistant du président azerbaïdjanais Hikmat Hajiyev a souligné que le gouvernement travaillait à transformer Choucha en une destination touristique, en restaurant son caractère historique.
Défis de reconstruction
Face à ces efforts de reconstruction, de grands défis émergents, dont le plus important, selon Hajiyev, est l’énormité des zones libérées, avec une superficie d’environ 10 000 kilomètres carrés.
Selon Hajiyev, le problème des mines émerge également, car il y a environ un million de mines dans ces zones, en particulier le long de l’ancienne ligne de contact, soulignant que le gouvernement a lancé une opération de déminage, ainsi que des projets de reconstruction.
Hajiyev a souligné que le processus ne sera pas facile dans la mesure où il nécessitera beaucoup de ressources financières et de temps, mais il a souligné que la décision finale du gouvernement est, bien sûr, d’assurer le retour sûr et digne des réfugiés et des personnes déplacées. , et pour réaliser le développement.